Viol-off forum

Site d entraide
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Droguée pendant 3 semaines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuzüll



Féminin
Nombre de messages : 1
Age : 35
Date d'inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Droguée pendant 3 semaines   Mar 18 Jan - 23:23

Il y a quelques mois, mon copain (avec qui je suis depuis 6 ans) et moi avons, à l'occasion d'une fête, revu un ami d'enfance de mon copain. Ne vivant pas avec mon homme, j'avais à l'époque des gros soucis de logement, et cet "ami" que nous avons revu m'a proposé de venir vivre chez lui, il y avait une chambre pour moi et je pouvais être tranquille quelques mois au niveau du loyer. Comme il était dans un état de dépression, j'ai tout fait, par la même occasion, et en échange du logement gratuit qu'il me proposait, pour l'aider. Je lui ai trouvé un travail, j'ai repeint la maison, fait le grand ménage dans sa vie encombré, et il en était très content... Trop peut être... A l'époque, je prenais du "speed" le weekend. Je n'en suis pas particulièrement fière aujourd'hui, mais ce fut un passage difficile et conséquent de ma vie. Je me suis droguée pendant presque un an, de mon propre chef. Comme il se droguait aussi (apparemment depuis plus longtemps et avec une meilleure connaissance des drogues), Il a commencé à m'inciter (et attention, je parle là d'une manipulation difficile à détecter car quand on se drogue, il y a un moment, ou, bien qu'on ait l'impression de faire les choses sciemment, on est extrêmement influençable, surtout par des personnes qui semblent bienveillantes et qui montre une volonté de vous aider à vous changer les idées.)à prendre plus de drogue que je n'en prenais par moi même. Il faut savoir, qu'avant ce passage difficile de ma vie, j'étais contre la drogue, et je disais ne jamais vouloir essayer. Et je faisais des distinctions entre les drogues dangereuses et les drogues très dangereuses... On se procurait du speed régulièrement pour en avoir souvent. A ce moment là, il me demandait de ne rien dire à mon copain, parce qu'il ne voulait soit disant pas se faire engueuler pour ma santé. Maintenant que j'y réfléchis, je me rends compte que c'était pour mieux cacher son manège. Alors je ne disais rien, et j'ai même pris de la distance avec mon copain pour qu'il ne se rende pas compte que je prenais plus que d'habitude.
On est con quand on est drogué, on ne vois pas la réalité telle qu'elle est, et je ne parle pas d'hallucination, mais de nature des relations et de la communication. Cet homme se trouvait être un malade mentale qui avait déjà un passé violent avec les femmes, et drogue ou sentiment reelle, il est tombé amoureux de moi... J'ai peine à dire amoureux, parce qu'on inflige pas ce que je me suis vue (ou pas) infliger. Au bout d'un mois de cohabitation, il a commencé à mettre drogues et médicaments (contre la schizophrénie) dans mon alimentation. La drogue que je prenais par moi-même de plus en plus me faisait douter... Je ne savais plus si je rêvais les événements ou s'ils arrivaient vraiment, j'avais perdu la notion du temps et j'étais devenue complètement parano, mais lui s'était bien débrouillé pour garder ma confiance... J'étais aveugle. J'ai toujours bu énormément de boissons chaudes, café, thé, cacao, et bien sucré à chaque fois. La drogue restreignant un peu le sens du goût et le sucre le couvrant, il lui était facile de me faire ingérer ces produits. J'ai des trous de mémoire, ou bien peut être que je ne veux pas me rappeler, mais d'après mon copain, j'ai commencé à être vraiment déconnectée de la réalité environs 3 semaines avant que la pièce ne tombe.. Ce salaud s'est servi de moi, de ma gentillesse, de mon envie d'aider, il s'est arrangé pour manipuler mon cerveau. Je dirai qu'il y a des moment clairs, où je me vois l'embrasser, ce qui me fait horreur, je pensais en avoir rêver, mais je me rend compte aujourd'hui, que les choses que je croyais être de mauvais rêves étaient la réalité. J'ai trompé mon copain, enfin... Il m'a manipulé pour que je le fasse, et puis un jour, il m'a montré des photos qu'il avait pris avec son téléphone portable, des photos où j'étais nue, des photos où on s'embrassait, de moment qu'on était allé passé à l'extérieur... Comme si nous étions amants, et qu'une part de moi avait oublié ça. C'était l'horreur, il me faisait du chantage, j'avais honte, je me sentais coupable, et pour inhiber mes sentiments de peur, il savait aussi comment me droguer. Tout ça s'est arrêter, parce que un jour, certainement pour s'amuser (car il avait de drôles de divertissements) il m'a apparemment fait prendre des acides (d'après les test sanguins qui ont suivi) Et, j'ai eu ce qu'on appelle un éclair de lucidité. J'étais apeurée comme on connait peu la peur et le temps de savoir que faire, il m'a fallu environ 6 jours (peut être 4, peut être Cool pour me rendre compte que j'étais un pantin, et qu'il se servait de moi, ma vie, mon corps, ma sexualité, sans scrupules. Mon copain a tiqué à un moment donné, mais comme j'avais confiance en mon colocataire. Il me disait qu'il ne se sentait pas normal et essayait de comprendre et de me mettre la puce à l'oreille car lui avait des doutes. Quand je me suis rendu compte de tout, je me suis enfuie de l'endroit où je vivait. Mon copain considérait que je l'avais trompé. J'ai pu guérir de beaucoup de choses aujourd'hui, bien que la sexualité ne soit pas facile à vivre tous les jours. Je me sens sale depuis ce temps là. Et mon copain considère toujours que je l'ai trompé, même si on est toujours ensemble et que je vis avec lui maintenant. Il n'a plus confiance en moi. Je ne sais pas quoi faire. D'un côté, je me dis qu'il me renverra toujours cette histoire en pleine tête et que je n'arriverai jamais à en guérir, ni à l'en guérir lui, que c'est foutu... Je sais à quel point il a été mis à l'épreuve dans cette histoire, mais je lui en veux de ne pas se rendre compte d'à quel point j'ai souffert et je souffre encore et de me culpabiliser. D'autant plus que j'étais assez désinhibée, de fait des drogues et je me baladais en mayot de bain dans la maison quand il faisait chaud par exemple... Et je suis mal d'avoir eu ce comportement.Je suis loin d'être une aguicheuse et ça me choque d'avoir été comme ça, je ne sais pas si c'est ma personnalité profonde, ou si c'est la drogue. Je me pose beaucoup de questions, je me sens coupable de ne pas avoir réagis plus vite, avant que le pire n'arrive. Je ne me rappelle pas avoir eu des relations sexuelles mais je me souviens être complètement vaseuse et me réveiller nue, mouillée au sexe dans mon lit, sans savoir comment j'y ai atterrie. Ca me dégoute complètement, de moi, du sexe... Et comme je ne me rappelle plus des rapports sexuels, je m'horrifie d'images que je ne sais même pas si j'ai vécu ou pas. Le pire, c'est de m'être fait manipuler le cerveau à ce point. Je ne me remet pas du tout de ça. J'ai peur de la drogue, ça c'est une bonne chose, mais je la vois partout et je me demande souvent, encore aujourd'hui, si j'agis bien par moi-même, de mon propre consentement, pas sous influence... Voilà 3 semaines de ma vie passée qui empoisonnent ma vie quotidienne et celle de mon copain. Comment lui faire comprendre que je n'ai jamais voulu ça?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clairette



Féminin
Nombre de messages : 1
Age : 27
Date d'inscription : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Droguée pendant 3 semaines   Sam 12 Fév - 4:36

Bonjour,

Je m'arrête sur ton message qui bizarrement fais écho à la mienne.
En effet il y a deux et demi, j'ai pris mon premier appartement avec deux colocataires (deux garçon) les deux était de trés bon amis à moi nous sommes resté 3 ensemble a l'internat avant de prendre un appartement.
Le premier soir, mon colloc' que j'appelerait X qui avait un peu bu m'a fait des avances, que j'ai refusé illico en lui exliquant qu'entre nous rien n'était possible et que nous serions juste ami.
Le lendemain un ami que nous avions en commun et venu fêter notre arrivé dans l'appart, pendant cette soirée X m'a fait enorment boiren et moi j'ai bu bu jusqu'a boire 1L d'alcool, j'avais tout simplement confiance.
Comme toi je ne me rappel pas de tout les détails, sauf certains qui réapparaisse au fil du temps.

Ce soir là, j'étaie allongée dans mon lit et je vomissait tout ce que j'avais dans le ventre et pendant ce temps mon colloc c'est allongé a coté de moi et a glisser sa main dans ma culotte.
Je ne réalisé qu'a moitié ce qui se passé, le lendemain matin je me suis levé la gueule de bois mais désorienté parce qu'il était la nu, moi aussi j'était nu il y a avais une immense tache de sang dans mon lit et aprés quelque pas une douleur aux fesses, un Flash il m'avait sodomisé et cette tache de sang c'était celle d' une première fois violente (j'était encore vierge).

Je suis allée tout de suite le lavée et la en me regardant dans le miroir j'ai vu un énorme suçons sur ma poitrine, il était tellement énorme qu'on aurai plutôt dit un hématome .
Ajouter a sa j'avais sur mes poignées et mes cuisses des bleus.
Je n'ai rien dit jamais et j'ai continué a vivre avec lui pendant 1 an, et lui s'amusé a m'humilié, me frapper pendant ce temps.

Je comprend quand tu dis te sentir sale et coupable aussi car c'est exactement ce que je ressenté, mais tu sais c'est lui l'enfoirée, le malade et tu ne dois pas t'accabler parce que tu était sous l'emprise de la drogues d'autant plus que tu l'avais prise sans le savoir.
Il savait ce qu'il voulait, toi et a tout fais pour t'avoir.

Pour ma part le soutien n'a pas était tout de suite aux rendez-vous et sa m'a aussi déchiré, j'ai comme énormément de personnes dans notre cas traversé une dépression et des périodes avec d'envies suicidaires.
Mais aujourd'hui j'ai envie d'avancer, de ne plus laisser son souvenir pourrir ma vie biensur ce traumastisme sera toujours là mais c'est fini je reprend ma vie en main avec c'est coup dur, ces jours noirs remplies de démotivation.

J'ai mis du temps avant d'en arriver là, et je ne pense pas que tu en soit toi a ce stade mais crois moi la vie peut redevenir belle si on le veux !!!

La difference majeure entre nos histoire ce sont nos compagnons, une semaine aprés mon viol j'ai était passé le week end chez F que je connaissé bien c'était mon meilleur ami et il était amoureux de moi depuis 5 ans.
Ce week end la j'ai fais l'amour avec lui, je pense que sa m'a aidé a ne pas trop me bloquer sur un plan sexuel.
Et depuis nous ne sommes plus quitté j'ai mis 1 an avant de lui dire la verité, avais peur de son jugement et de son incomprehension mais a ma chance il a trés bien reagit et ma épaulé tout les jours depuis le premier jour.
Mais il ne comprend pas toujours m'a douleur méme aujourd'hui et sa parce qu' il ne l'a pas vecu et n'a surement jamais traversé ce que tu as traversé car on ne devrai jamais vivre de tels traumatismes.

je vais te dire une phrase qu' une amie qui m'a beaucoup aidé m'a dit un jour pour me réconforter : a chacun sa peine, la tristesse est réelle est cruelle.

C'est vraiment dommage qu'il le prenne ainsi, est ce que tu lui expliques ce que tu ressent ne te géne pas pour lui dire que tu désapprouve et surtout que tu ne comprends pas sa réaction. Ne penses tu pas que c'est sa façon d'éviter le sujet car peut être au fond s'en veut il de t'avoir laissé entre ces mains les hommes sont différents et ne réagissent pas toujours comme on le souhaiterai.

Je suis la si tu as besoin...
j'espere t'avoir un peu aidé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Droguée pendant 3 semaines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Infections pendant la grossesse: à traiter ou pas?
» Daflon pendant la grossesse ?
» Jojo petit bébé de 3 semaines avec une SPR
» "LE DEMOCRATE" journal indépendant
» Contraception pendant l'allaitement... et après

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Viol-off forum :: Vos témoignages :: Vous avez été victime de viol, vous désirez nous en parler, nous expliquer votre vécu, ...laissez nous vos textes-
Sauter vers: