Viol-off forum

Site d entraide
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mon histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tiatia23



Féminin
Nombre de messages : 3
Age : 28
Date d'inscription : 10/01/2013

MessageSujet: Mon histoire   Jeu 10 Jan - 18:29

Je sais pas trop par où commencer, c'est un peu embrouillé dans ma tête, ça risque d'être long à lire, je voudrais raconter mon histoire mais aussi mes sentiments, savoir ce que vous en pensez. Je n'ai jamais parlé de tout ça sur un forum, j'espère que ça me soulagera un peu. Et puis écrire c'est plus facile que parler, on peut choisir les mots, revenir dessus...
Alors voilà

J'ai 23 ans, quand ça s'est passé j'avais environ 8 ans. C'était un voisin, il habitait pas loin, il était majeur je crois, tout juste, 18 ou 19, ou peut-être 17, je sais pas trop. Je me souviens encore de son visage, de son adresse, de son nom. Il était gentil, j'avais confiance en lui. Je m'en veux trop. Je n'aimais pas trop les adultes autour de moi, pour diverses raisons, surtout ceux de ma famille. Je crois que ça me faisait du bien de le voir. Je le voyais avec mon grand frère qui avait à l'époque 11 ans. Mon cerveau m'a fait occulté beaucoup de choses. Je me souviens d'une fois, il nous avait emmené dans une espèce de sous terrain, une petite pièce, il faisait noir, je voyais pas grand chose, mais il sortait son engin, et me touchait un peu partout avec.. Et moi je disais rien.. Je me souviens plus de la suite, ni de comment je suis rentrée chez moi.
Une autre fois, il nous a emmené dans une espèce de forêt à côté de chez moi, je me souviens plus du trajet pour aller jusqu'à là, mais juste de cet instant. Il y avait personne autour. Juste lui, mon frère et moi. Mon frère était à ma droite, lui était en face de moi. Il a commencé à se déshabiller, il était en érection, son sexe me faisait très peur. Il se branlait devant moi en me regardant. Il n'avait plus le même regard gentil de d'habitude. Il me disait pleins de choses horribles, du genre : elle est grosses hein? tu aimes? J'ai commencé à avoir très peur. Il m'a demandé de me déshabiller. Il voulait voir ma ... comme il disait. J'ai refusé, je lui ai dit non, je commençais à pleurer, je savais ce qu'il voulait, je comprends pas, j'avais que 8 ans, je savais qu'il allait me faire mal si je me déshabillais, je savais ce qu'il allait faire avec son sexe. Pourquoi je savais? logiquement on sait pas à cet age, on comprend rien, surtout que dans ma famille, c'est tabou, on parle pas de ça. Mon frère a pris le relais en m'ordonnant de me déshabiller. J'étais désemparée, je ne comprenais pas pourquoi lui il prenait son parti. J'ai vu ce mec s'approcher de moi et la suite, aucune idée, tout a disparu, je n'ai jamais eu de flash back là dessus. Je me souviens d'avoir eu très mal, d'une grande douleur mais je ne sais pas d'où elle vient. Peut-être ai-je vécu d'autres choses dans mon enfance que mon cerveau a refoulé, je sais pas, j'ai toujours eu cette sensation de douleur. Ou alors est-ce "juste" ce que j'ai vécu qui provoque ça? Quelqu'un d'entre vous a déjà ressenti ça? C'était les mêmes douleurs lors des rapports que j'ai eu avec mon ex, il y a 2 ans. C'était mon premier. Je n'avais pas envie la première fois, je lui ai dit, il a insisté, alors j'ai cédé, je ne voulais pas paraître stupide, mais j'avais tellement mal, et cela à chaque rapport, j'avais l'impression que tout allait se casser à l'intérieur de moi, que c'était trop serré, que j'étais mal constituée, il me disait que par rapport à ses ex c'était bizarre, qu'il sentait beaucoup mes muscles et que c'était très étroit. Pourtant je suis allée voir une gynéco, tout était normal. J'ai dit à mon ex que c'était trop dur, parfois il faisait attention, parfois il donnait de grands coups pour que ça passe. Je sais pas si c'est normal ou pas. C'est un gars gentil, il savait être doux. Mais il me disait qu'un homme, ça ne pouvait pas attendre trop, sinon il était obligé de partir, même s'il aime la fille. Je me suis dit que ça devait être vrai.

Bref, quelques temps après cette histoire, j'avais environ 11 ans, début de la puberté. Mon frère en avait 14 environ. Les hormones travaillaient un peu je l'avoue. Il avait eu une vidéo porno par son meilleur ami, on la regardait, ça me choquait pas.. Je me sens si coupable, je n'y comprends rien. J'avais trouvé des magasines porno dans ma chambre, dans un placard fermé a clefs que j'avais ouvert, j'y regardais, pourtant, rien n'a resurgit à cette époque.. Je suis vraiment pas normale. Avec mon frère, une fois, on était sur le lit de mes parents à regarder la télé, on s'était déshabillés, on regardait comment on était fait, il me touchait, ça me dérangeait pas vraiment, je trouvais ça normal, je faisais pareil avec lui. Quelle honte :/ On jouait à des petits jeux quand on se douchait. Je me cachais dans la douche et vice versa quand on allait prendre la douche, pour s'observer, j'ai trop honte, heureusement que je dis pas ça en face, j'y arriverais jamais. Une fois, la dernière, c'est allé trop loin, alors ça s'est stoppé là, on était dans la salle de bain, tous les 2, il s'est approché de moi et a essayé de me pénétrer (même à écrire c'est trop dur cette partie là...), ça rentrait pas de toute façon, c'était juste à l'entrée.. J'ai rien dit, je trouvais ça normal, c'est ma faute j'ai rien refusé, les hormones, ça doit être ça, j'en avais peut-être envie, en tout cas ça me révulsait pas.. Je regrette tellement, je n'y comprends rien, pourquoi j'étais normale à cette époque? Pas peur, au contraire... Pourquoi tout a resurgit bien plus tard? Je me sens coupable et sale, presque faire ça avec son frère, c'est dégueulasse..

Y a environ 3 ans, j'ai reparlé sur facebook à mon frère de ce qu'il s'était passé quand j'avais 8 ans et lui 11 ans. J'ai pris mon courage à 2 mains. J'avais espoir d'avoir tout inventé, ça aurait été bien plus facile. Mais non, j'ai rien inventé malheureusement. Il a bien plus de détails que moi lui... Comment cela se fait-t-il? Sauf qu'il ne sait pas non plus comment on l'a connu.. Mes parents ne le connaissaient pas je crois. Bref ça l'a pas traumatisé je crois.. Il m'a dit que c'était l'époque de la jeunesse, l'inconscience, qu'on était un peu fous, que c'est pas grave, c'est notre faute, mais qu'il ne faut surtout rien dire à personne, jamais. Je lui ai demandé s'il se souvenait ce qu'il s'est passé après qu'ils m'aient demandé de me déshabiller, il m'a juré que ce gars n'est jamais allé plus loin. Par contre il m'a avoué que pour lui c'était allé plus loin, il l'a presque forcé à lui faire une fellation. Je n'étais pas là il paraît. Pourquoi moi j'ai tous ces problèmes et pas lui? Il m'a même dit qu'un an après on l'a revu, pour Halloween, mon cerveau a oublié de le dire ça, j'avais occulté, même encore maintenant, aucun flash back, je m'en souviens pas. J'ai très honte.. Après ce qu'il a fait, je l'ai revu, sans peur... Faut être folle. Mon frère m'a dit qu'il a déménagé un an après, je me souviens pas de son départ.. Est-ce que tout ça m'a vraiment touché? Je me dis qu'il y a surement d'autres fois où je l'ai vu avant et que je me souviens pas. ça me fait peur. J'ai eu un flash back il y a environ 1 an, je me souviens être allé chez lui. Je crois qu'il habitait chez son père. Je me souviens plus de la suite. Pourquoi rien ne me revient? Peut-être qu'il vaut mieux pas. Pourquoi aller chez lui alors qu'il nous faisait ça? Je me sens sale, fautive. C'est drôle, j'ai l'impression que j'ai pas vécu tout ça, que j'en fait tout un plat pour rien, que ça arrive qu'aux autres. D'ailleurs il était à peine majeur, peut-être qu'il savait pas ce qu'il faisait.. C'était pas vraiment un adulte. Y a une part de moi qui veut pas accepter, une autre qui sait que ça m'est bien arrivé et qui a mal. J'ai l'impression d'avoir trop de fierté pour vraiment l'accepter, c'est bizarre.
Bref Voilà, maintenant, j'ai du mal à avoir des hommes dans ma vie. Quand j'en rencontre un, j'ai l'impression que j'ai pas le droit à l'amour, ce mot sonne bizarrement dans ma tête, alors je suis très exigeante avec eux, je n'arrive jamais à faire le premier pas. Mon ex l'a fait, je l'en remercie. Quand il me touchait c'était bizarre au début, ça me faisait peur, pourquoi il me touchait moi et pas une autre? J'ai peur qu'un homme s’intéresse à moi malgré tout, même depuis mon ex. Je comprends pas. Ça aurait dû tout débloquer. Pourtant c'est pas le cas. Je trouve la sexualité crade, faire l'amour ou baiser pour moi c'est pareil. Moi en tout cas je n'ai pas ressenti de partage ou d'amour avec mon ex. Seules les caresses etc étaient agréables, mais la suite.. D'ailleurs je m'en veux d'avoir fait ça, j'ai l'impression d'avoir fait du mal, que j'ai pas le droit à ça. Quand mes amies en parlent, je reste un peu en dehors des conversations, je me demande comment elles peuvent faire ça, c'est sale, j'ai peur que leurs hommes leur fassent du mal et se servent d'elles. C'est tellement con je sais mais c'est dans ma tête, j'aimerais y faire partir. Et j'ai peur qu'elles sachent si jamais j'ai des rapports, elles me regarderaient mal, moi j'ai pas le droit de faire ça, je serais une sorte de fille facile, un peu une "pute" .. Pourtant elles me poussent à avoir un homme. C'est si compliqué dans ma tête. Pourtant dans ma vie ça va, quand je vois ce que certaines ont vécu et les conséquences, je n'ai pas à me plaindre. J'ai mon chez moi, un boulot que j'aime, des amies, je suis de nature optimiste, zen et je suis une incorrigible naïve malgré tout, je fais confiance à tout le monde, même les hommes au début, sauf que je peux pas me lancer, avec personne, d'un coup mon esprit part de mon corps. Le dernier avec qui je parle me disait qu'il aime bcp faire l'amour quand il est est avec une fille qu'il aime. Moi je vois ça pas super, même s'il en parle d'une belle façon. Bref, malgré ça, j'ai beaucoup de forces, c'est le problème, j'ai l'impression que ce que j'ai vécu c'est pas grave, j'arrive à surmonter, et pourtant ma vie sentimentale est chaotique, c'est surtout ça la conséquence. Je me trouve jolie, je n'ai jamais eu de crise d'angoisse, je n'ai jamais fait d'anorexie ou tentatives de suicide. Et j'aime profondément la vie, je la trouve si belle quand même, je m'émerveille de rien. J'ai des périodes où je pense pas à tous ça, et d'autres, comme en ce moment où j'y pense beaucoup et ça me fait beaucoup pleurer. J'en ai parlé à une amie de tout ça, enfin, par écrit, avant d'avoir mon premier copain, elle m'a beaucoup aidée, j'ai évolué grâce à elle, elle était plus âgée elle m'a fait du bien. Mais malgré tout j'ai toujours les mêmes pensées sur les mecs. J'en ai parlé à une de mes collègues que j'aime beaucoup, par sms, je sais, c'est pas super mais c'est si dur en face. Si jamais elle me parle plus? Si elle me prend pour une folle? Et puis j'ai tellement de fierté, je veux pas qu'on me voit différemment, qu'on me rejette, qu'on croit que je suis toujours triste. Elle voulait m'inviter chez elle, elle me disait qu'elle n'invite jamais des gens par hasard, faut vraiment qu'elle aime la personne. Alors moi j'ai peur qu'elle se dise que ça n'en vaille plus la peine finalement, ça me ferait très mal je l'aime beaucoup. En fait j'ai voulu lui en parler car elle m'a dit quelque chose qui m'a blessée, et je suis trop susceptible. Je disais comme quoi je suis très pudique, que j'ai peur des hommes gynéco et médecin, je le dis jamais ça, je sais pas ce qu'il m'a pris, et elle m'a dit qu'à mon âge quand même, on est en 2012 etc et ça m'a fait pleurer chez moi, pas devant elle, je suis trop fière, alors je lui ai envoyé un sms pour lui expliquer que ça m'avait blessée, que j'avais pas besoin d'être jugée, je lui ai dit ce qu'il m'était arrivé, que ça me laisse des séquelles etc. Et elle m'a répondu en disant qu'elle était désolée, qu'elle a pas voulu me blesser, jamais, et on en a parlé le lendemain. Bien sur j'ai rien dit sur ce qu'il m'est arrivé, j'étais bloquée, c'est tout juste si je parlais. Elle m'a dit que ça l'avait un peu vexée que je réagisse comme ça car elle a une fille et qu'elle m'avait parlé comme à sa fille. Bon après j'avoue que j'étais un peu mal, elle avait pas tord, elle me donnait des conseils etc mais moi sur le coup je l'avais pas ressenti comme ça.. Plutôt comme une moquerie et un jugement. Et je culpabilise déjà tellement sur mon côté pudique et tout. Puis quelques jours après ça, on était en pause avec une autre collègue et elles regardaient un magasine de sous vêtements et parlaient de porte jarretelle et des mecs et moi, pour paraître moins coincée, j'ai dit que les hommes aimaient bien ça.. Et elle a dit : "ah ben tiens, elle qui faisait sa mijaurée l'autre fois" ça m'a fait très mal, je ne joue pas un jeu, je fais pas ma mijaurée, ça m'a fait mal car je lui avais expliqué pourquoi j'avais réagi comme ça, pourquoi j'étais si pudique, j'ai pleuré toute la soirée. Quelques semaines après je lui ai envoyé un sms en demandant si elle pensait vraiment que je faisais ma mijaurée, que je me sentais très coupable. C'est là qu'elle a essayé de m'appeler mais j'ai pas répondu, incapable de parler de ça par tel, et elle m'a laissé un message vocal en me disant qu'on en parlera demain concrètement, elle avait l'air pas très bien sur le message, elle ne savais pas quels mots me dire, mais que si elle avait dit ça c'est par rapport à mon côté exigeante des mecs, qu'elle est un peu brute mais que c'était une façon de me dire que si j’émets trop de réserves je risque de les faire fuir. En fait elle a complètement oublié que c'était pas pour cette raison. J'avoue que je lui avais envoyé cet sms bien 2 mois après. Bref le lendemain on en a pas parlé, j'y arrivais pas, puis elle a dû oublier, le boulot est si fatiguant parfois et elle a pleins d'autres soucis. Le lendemain encore, je pouvais pas .. Alors je lui ai envoyé un sms pour dire que j'étais désolée de pas y arriver mais que j'allais essayer la semaine d'après (la dernière semaine de mon contrat). Elle a repondu qu'avec le boulot c'était pas facile c vrai mais qu'on prendrait le temps. On l'a pas pris. J'ai pas réussi, pourtant, il y avait des moments de libre, je lui en ai un peu voulu quand je la voyais avec une autre collègue, et moi seule, à me renfermer, mais pourquoi? c'est pas sa faute, c'est à moi d'en parler, ça doit être si dur pour les autres d'aborder le sujet aussi. Alors je m'énervais pour rien, c'était injuste, elle m'a fait un kdo de départ, c'est si gentil. Là j'ai fini mon contrat, sans lui dire concrètement .. Ça me rend triste. Enfin, logiquement, je reprends début février. Mon côté "je gère les choses je dis jamais rien" fait peut-être que les personnes pensent que ça m'affecte pas autant, je sais pas, à l'extérieur je relativise tellement, même à l'intérieur d'ailleurs mais ces pensées ne partent pas et j'ai mal à cause de ça. Qu'en pensez vous? Je n'en parle pas à ma famille, c'est compliqué, ma mère s'est moquée de moi quand j'ai eu mes règles, elle m'a engueulée quand je suis allée chez un gynéco, on me croirait pas, et puis mon frère m'a dit de rien dire .. Ils le croiraient lui et pas moi. Mon frère est admiré alors voilà. De toute façon à eux j'en ai pas envie. J'en ai envie avec ma collègue, déjà pour régler cette histoire, et parce qu'elle est tellement ouverte, elle sait écouter, je pourrais peut-être lui poser des questions, elle m'y répondra, j'aurais un peu de soutien, mais c'est égoïste, je veux pas lui faire du mal en parlant de tout ça.. Mais savoir que quelqu'un partage notre peine, ça doit faire du bien.

Voilà mon histoire, c'était un peu long je suis désolée :/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginko
Nouveau
avatar

Féminin
Nombre de messages : 12
Age : 25
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: Mon histoire   Dim 13 Jan - 23:07

Merci Tiatia pour ton témoignage, tu as vraiment beaucoup de courage. Même si mon histoire est bien moins "pire" (disons que ça ne m'est pas arrivé aussi tôt, j'avais déjà 20ans) je me reconnais dans ta façon de réagir à tout ça. Moi aussi j'ai l'impression que tout ça "ce n'est rien", comme si ça me laisse indifférente. Je pense que tu dois sentir ça aussi, comme si ton esprit était engourdit, flou, indifférent. Etre capable de parler de ton viol autours d'un café comme on parle du dernier film de Tarantino. J'ai l'air insensible, mon cerveau et mon coeur sont éteints et je suis en mode "automatique".
C'est un mécanisme de défense comme on dit en psychologie. C'est une manière de fuir, la pression, l'horreur sont tellement intenses que le cerveau "disjoncte".
Pourtant tu sens que ça ne va pas, que ça te touche énormément malgré tout. Les cauchemars, les flash back, mais aussi les pertes de mémoire, le fait de trouver tout cela très sale... Et cette douleur morale en arrière fond, et la douleur physique qui revient te hanter comme un fantome... Non, décidément non, nous ne sommes pas insensible à ce qui s'est passé! Et tu n'as pas a t'en vouloir de ne pas avoir réagit autrement, c'est tout à fait naturel! Les gens s'imaginent le viols comme on leur montre à la TV: un homme moche et cruel, une fille qui hurle et qui pleure. Hélas, souvent le violeur sera un homme plutot "normal" et la fille serrera les dents.

Après pour ce qui concerne ta famille, c'est toujours délicat! Je sais qu'en ce qui me concerne je ne voudrais pas en parler car j'ai besoin d'avoir quelque chose de "comme avant" pour ne pas toujours y repenser. Après c'est tout a fait compréhensible que tu veuilles en parler, d'autant plus que ton frère est concerné. Un conseil, si tu as peur que ta parole n'ait pas assez de poids, va voir une psy et elle pourra te certifier que tes blessures mentales sont belles et bien réelles, que tu n'inventes rien!
C'est toujours dur de faire un choix, surtout qu'en parler perturbera l'équilibre de la famille mais ce n'est pas juste de se taire non plus! =/ Et puis pourquoi inventerais-tu une telle chose? Si tu penses que ta mère ne te comprendrait pas, tu ne vois personne d'autre dans l'entourage ou dans la famille qui pourrait t'écouter? Ca permettrait peut etre que cette personne en parle d'elle même à ta famille?
Enfin bref, il n'y a hélas pas de solution toutes faites, seulement des opportunités...
En espérant pouvoir t'aider un peu ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tiatia23



Féminin
Nombre de messages : 3
Age : 28
Date d'inscription : 10/01/2013

MessageSujet: Re: Mon histoire   Lun 14 Jan - 1:24

merci pour ta réponse. Tu as exactement les bons mots, c'est trop ça ce que je ressens..
Je minimise car je me dis que y a des filles qui ont vraiment été violées, (peut-être c'est ton cas, si ça l'est, moi je trouve pas que ce qu'il m'est arrivé soit pire) moi c'est à peine des tentatives. J'ai des trous de mémoires donc je sais plus trop mais voilà je ressens ça, comme quoi y a toujours pire que je gère la situation, j'ai une vie plutôt sympa, des amis, j'ai toujours tout garder pour moi, je sais relativiser, être optimiste, jamais j'ai pensé à mourir etc. Pourtant malgré tout on se sent mal, rien que niveau sentimentale, on de sent dissocié. Corps et esprits sont plus réunis par rapport à ça, c'est trop bizarre, ceux qui n'ont jamais vécu ça ne peuvent pas comprendre. Les seules personnes à qui j'en ai parlé, y en a que 2, c'était par écrit. Oralement c'est impossible car j'ai l'impression de faire ma victime, me plaindre, c'est la honte, si jamais on me croit pas.. Puis c'est pas si grave finalement .. Voilà ce que mon cerveau me dit.. Comme tu dis, c'est pour fuir, sinon c'est insupportable. Je n'ai jamais fait de cauchemars là dessus par contre, j'ai juste quelques flash back, enfin, j'en ai eu un y a un petit moments, les autres ça faisait un moment déjà, je n'ai jamais vraiment oublié je crois, c'était juste enfoui bien au fond, je ne voulais plus y penser. Mais un jour ou l'autre, ça revient. Quand on est petit on fait confiance à tout le monde (je suis toujours comme ça -_- lol) mais bon y en a qui sont tellement manipulateurs, même à l'âge adulte on se fait avoir.

Concernant ma famille, impossible d'en parler. Je n'en ai pas envie, ça briserait tout, comme tu dis, je préfère penser à comment c'était avant. Et puis ma mère me croirait pas je le sais, mon frère nierait tout. Je lui en avait parlé y a 3 ans, il m'a dit que c'est pas grave, on était jeunes, un peu fous, mais surtout de jamais en parler. Ça me libérerait pas du tout d'en parler à une autre personne de mon entourage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginko
Nouveau
avatar

Féminin
Nombre de messages : 12
Age : 25
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: Mon histoire   Jeu 24 Jan - 0:33

"Dissociés" c'est trop le bon mot. Depuis mon viol (car oui, il y a eu pénétration dans mon cas) je suis complètement ambivalente, comme si une partie vivait normalement mais qu'une autre moitié, complètement blessée, rôde comme un fantôme et me hante. Et puis aussi le corps et l'esprit sont dissociés, comme tu l'as dit, on n'a plus le même contrôle sur soi. D'un côté on perd des souvenirs car notre cerveau nous censure, et d'un autre côté notre corps nous rappelle en faisant remonter les sensations ou le dégoût. Pas étonnant qu'on ne se contrôle plus, que tout disparaît ou revient comme ça lui chante, il y a tellement de labyrinthes dans nos esprits ^^ C'est pour ça qu'écrire et parler, échanger comme on le fait maintenant est une bonne chose. Ca permet de mettre à plat, même si ça nous fait nous remémorer de sales moments au moins ça nous donne l'impression à nouveau de gérer un peu les choses quand c'est nous qui choisissons nos propres mots!
Puisque tu ne peux en parler à ton entourage, libère toi d'une autre manière! Dessiner, écrire, composer de la musique... Et puis, ce forum est là pour ça Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon histoire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon histoire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Viol-off forum :: Vos témoignages :: Vous avez été victime de viol, vous désirez nous en parler, nous expliquer votre vécu, ...laissez nous vos textes-
Sauter vers: