Viol-off forum

Site d entraide
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un peu perdue...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Petite_Plume2



Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 27
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Un peu perdue...   Sam 30 Aoû - 12:45

Bonsoir,

J’écris sur ce forum parce qu’il y a déjà un moment que je ne me sens plus très bien. Quand j’avais dix-neuf ans, j’ai été agressée sexuellement. Cela s’est produit un été où j’étais en vacances en Italie. Un soir, alors que je me promenais sur la plage avec un copain à mon frère, ce dernier m’a pénétrée avec son doigt tandis que je venais de le repousser.  Je n’ai même pas eu le courage de me défendre. Le lendemain, il s’en est vanté auprès de tout le monde et m’a fait passer pour une fille facile (terme que j’ai en horreur en tant que féministe). L’un de ses amis m’a d’ailleurs fait des avances éhontées qu’il s’est étonné de me voir refuser étant donné que, d’après lui, « je me tapais tout le monde ». Evidemment, je n’ai pas su comment réagir, j’avais toujours été si timide avec les garçons, je ne comprenais pas comment tout à coup je pouvais écoper d’un tel statut.

Une fois rentrée chez moi, j’ai enfoui cet épisode dans mon esprit et n’y ai plus jamais pensé, je n’en ai d’ailleurs touché mot à personne. Je l’ai si bien enfoui que l’on pourrait croire que je l’avais presque oublié, comme si cela ne m’avait pas bouleversée. J’étais comme indifférente. Cependant, ma vie a connu certains dérapages sur lesquels je n’ai pas su mettre de mots. Tout d’abord, quatre mois après cet incident, j’ai développé une toux sèche qui s’est installée durant près de deux mois. Une toux si forte qu’elle m’en broyait littéralement les côtes. J’ai consulté quatre médecins traitants différents, trois pneumologues, un gastro-entérologue et un allergologue, j’ai subi divers examens médicaux et ai fait des analyses de sang et jamais rien n’a été détecté. Aucun traitement n’a jamais fonctionné non plus. Ma toux a fini par s’en aller d’elle-même…pour mieux revenir six mois plus tard et persister plus longtemps encore. A partir de ce moment-là, elle m’a fait la surprise de sa visite deux fois par an et s’installait près de trois mois à chaque fois. Les examens ne délivrant toujours aucun résultat probant, les médecins ont donc conclu à une toux psychogène et l’ont associée au stress de la fac. Mais je ne me sentais pas vraiment stressée. Par ailleurs, ma toux ne se présentait pas forcément en période d’examens ou même de cours, elle surgissait à n’importe quel moment, sans crier gare.
En parallèle, après l’incident de la plage, j’ai aussi été soumise à des angoisses un peu inhabituelles. Je commençais à craindre la mort, la maladie, la paralysie, … J’imaginais chaque soir qu’elles s’emparaient de moi, de ma famille, de mes amis et je tremblais de peur. J’en étais malade, je pleurais seule dans ma chambre… Cela a duré plusieurs mois puis ces angoisses ont fait place à un sentiment de culpabilité tenace, culpabilité à propos de tout et n’importe quoi : je me sentais monstrueuse chaque fois qu’il m’arrivait de ne pas trouver quelqu’un à mon goût physiquement ou de privilégier ma réussite à celle d’autrui, etc. Majoritairement, je m’en voulais ne serait-ce que pour de simples pensées que j’avais pu avoir. Dès lors, j’éprouvais la sensation d’être une mauvaise personne qui ne méritait rien de bien.
La même année, je suis tombée amoureuse d’un garçon, vraiment très amoureuse. Nous avons joué au jeu du chat et de la souris durant des mois avant de nous mettre ensemble. Il faut dire que l’amour m’a toujours fait peur. J’étais vraiment bien avec lui, c’est d’ailleurs le premier garçon devant lequel je me sois dénudée. Chaque fois qu’il nous arrivait de passer la nuit, le lendemain matin ensemble –j’ignore pourquoi- j’éprouvais un sentiment de culpabilité, comme si j’avais fait quelque chose de mal ou de répréhensible et pourtant, je l’aimais, j’étais consentante et chaque instant que nous partagions avait beaucoup de valeur à mes yeux… Alors, quand j’en venais à le détester, je ne me comprenais pas. Un jour, il m’a quittée, apparemment sur un malentendu. Nous n’étions pas ensemble depuis très longtemps. Après la rupture, il a commencé à se montrer odieux à mon égard sans que je sache vraiment pourquoi et, dès lors, j’ai eu la sensation qu’il m’avait toujours utilisée et je me suis effondrée. Ainsi, un soir, après qu’il m’ait insultée par téléphone sans aucune raison valable, en vacances avec des amis proches, j’ai bien trop bu (ce qui n’est guère dans mes habitudes), tant et tellement que je m’endormais sur le canapé du salon, en plein milieu du vacarme ambiant. A ce moment-là, tout a dérapé, je ne savais plus ce que je faisais et j’ai embrassé un ami à moi. Un ami qui ne m’avait jamais plu ni physiquement ni d’un point de vue de la personnalité ni même intellectuellement parlant. Je n’avais ni sentiments ni attirance pour lui. Ce genre d’attitude ne me ressemble en rien. J’ai toujours été si pudique, si pondérée, si raisonnable… Et pourtant, ce soir-là, j’ai fini au lit avec lui. Nous n’avons pas eu de rapports sexuels parce que, même ivre, il se trouve que j’étais incapable de me laisser aller à ce point avec un garçon qui ne représentait rien à mes yeux. J’ai pleuré toute la nuit dans ses bras, je n’arrêtais plus de pleurer et je lui parlais de mon ex et, cependant, cela ne l’a gêné aucunement puisqu’il a continué à me caresser, même lorsque j’étais sur le point de m’endormir, sous l’effet de l’alcool et du chagrin. Il a même demandé à me doigter comme si j’étais suffisamment consciente de ce qu’il se passait et son geste, étrangement, m’a fait mal physiquement, c’était vraiment désagréable. Il ne cessait pas de sourire stupidement tandis que je me sentais sale et humiliée. Il me répugnait vraiment. Il n’avait jamais été dans mes habitudes ne serait que d’embrasser un garçon avec qui je ne sortais pas officiellement alors en arriver à des fins pareilles avec quelqu’un qui ne me plaisait même pas un tantinet, c’était incompréhensible. Le lendemain, il continuait à me caresser tandis que j’avais dessaoulé et que chacun des gestes qu’il posait sur moi me dégoûtait. Il agissait comme si j’avais été dans mon état normal, ce qui n’était pas le cas.  Il m’a même proposé de coucher avec lui dans l’état déplorable dans lequel je me trouvais cette nuit-là et a refusé de me croire lorsque je lui ai avoué être toujours vierge (ce qui était vrai, je n’avais pas couché avec mon ex, nous avions rompu trop tôt). Il s’imaginait que, parce que j’étais coquette et que j’avais du succès, je me donnais à tout le monde et pourtant, il me connaissait, il savait à quel point j’étais fière et farouche ! Après cette nuit-là, je ne l’ai pas revu durant près d’un an et, tandis que cet événement aurait dû –connaissant ma fierté mal placée et ma grande pudeur- m’anéantir et représenter un réel cataclysme dans ma vie, je l’ai refoulé lui aussi. Un soir, alors que je me promenais avec une amie à moi, j’ai croisé cet ancien ami en question et cet imbécile a voulu s’imposer à notre soirée sans invitation. Le lendemain, il m’a envoyé un poke sur Facebook et m’a ensuite invitée à une soirée DVD avec des airs de mystère qui m’ont profondément déplu. En effet, méfiante que j’étais, j’avais toujours su tenir les garçons à l’écart, ainsi, nombre d’entre eux (dont certains me plaisaient vraiment énormément) abandonnaient la partie très vite et je rejetais tous les autres sans ménagement et lui, qui ne m’avait jamais attirée et n’avait jamais rien fait pour me plaire, s’imaginait pouvoir me mettre dans son lit en un claquement de doigts… Je me suis sentie profondément humiliée. Mais le pire pour moi a été de ne rien comprendre à ce qui avait bien pu m’arriver. J’ai été à nouveau ivre et triste à deux reprises après cette histoire et en présence de garçons et, cependant, je n’ai plus jamais adopté pareil comportement. Je ne me comprends pas, c’est en totale contradiction avec ma manière de fonctionner.
Pendant longtemps, je me suis tenue loin des garçons, trop écœurée que j’avais été par cette nuit cauchemardesque.  Mais en parallèle, j’ai adopté des attitudes parfois insensées : j’ai mis ma vie en danger un jour où j’étais triste, j’ai perdu du poids (moi qui étais mince, je suis devenue squelettique mais je me suis vite reprise en main), j’ai fait une légère dépression, j’ai été odieuse avec le garçon que j’aimais, agressive avec ma famille, j’ai rompu tout contact avec certains amis parce que je me sentais inexplicablement mise à l’écart, …
Et puis, un jour, après quatre années passées dans le déni, quatre années à faire des choses dont je ne prenais même pas conscience, l’épisode de la plage m’est revenu à l’esprit, en une fois. Il s’est imposé à moi et je n’ai plus jamais su comment le refouler. J’étais à un spectacle avec une amie, en Turquie… Je me suis mise à pleurer sans raison et je n’ai plus jamais pu m’arrêter. Voilà un an que j’alterne des moments d’indifférence totale avec des instants de chagrin profond. Début d’année, j’y pensais toutes les nuits et je serrais alors très fort les cuisses en pleurant. Après cela, toutes les choses inexplicables que j’avais pu faire au cours des quatre dernières années me sont revenues en tête et je n’ai plus pu m’en relever. Cette nuit avec cet ancien ami a alors resurgi dans mon esprit et je me suis sentie humiliée et sale. Il m’arrive de serrer très fort ma poitrine de mes bras (parce qu’il l’a touchée) chaque fois que j’y repense et je pleure. Je crois que je ne parviendrai jamais à m’en remettre. Aujourd’hui, j’ai l’impression de ne plus avoir le droit d’être moi-même : être fragile quand je me trouve auprès de celui que j’aime, jouer les fières quand on m’approche, être innocente ou pudique, … Je n’ai plus d’estime pour moi.

J’ignore si tous ces éléments sont liés ou pas, j’ai besoin de comprendre. J’ai besoin de comprendre tous ces événements, s’ils ont un lien entre eux ou pas, alors, si quelqu’un a des réponses, elles sont les bienvenues. En fait, depuis cinq ans, j'ai la sensation de ne plus me comprendre.

Un grand merci à ceux qui me liront et me répondront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brokenflower
Resident
Resident


Féminin
Nombre de messages : 71
Age : 28
Date d'inscription : 15/04/2013

MessageSujet: Re: Un peu perdue...   Mar 2 Sep - 21:46

.


Dernière édition par brokenflower le Lun 19 Déc - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Petite_Plume2



Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 27
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Un peu perdue...   Mar 2 Sep - 22:55

Je vous remercie beaucoup de votre réponse Smile Je crois que j'ai beaucoup de mal à saisir ce que je ressens parfois parce que je ne parviens pas à me déculpabiliser de ce qui est arrivé, j'ai toujours eu l'impression, aussi ridicule puisse-t-elle paraître, que j'étais coupable et du coup, je n'arrive pas à voir plus loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu perdue...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu perdue...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis perdue dans les couches lavables !
» Penne CD perdue au TD Pharma/Solvay 08/02
» Clé CD XP perdue:
» Penne Philo perdue
» carte CPS perdue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Viol-off forum :: Vos témoignages :: L'après...si vous avez réussi à vous en sortir, à avancer, ou au contraire, si vous ne savez plus quoi faire parlez en ici ...-
Sauter vers: